Maison Départementale du Maroc

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

LE DROIT DE VOTE DES RÉSIDENTS ÉTRANGERS

Envoyer Imprimer PDF

                              

 

UNE CONTRIBUTION SUR LE DROIT DE VOTE DES RÉSIDENTS ÉTRANGERS

Nous tenons à porter à votre connaissance un point important sur cette question qui sera au cœur du débat de ce soir.

En effet, à chaque fois les hommes politiques qui sont contre ce droit évoquent inéluctablement : le « PRINCIPE DE RÉCIPROCITÉ»  C’était le cas lors du débat entre A. Montebourg et F.Coppé sur R.T.L. dimanche 29/04/12 Je cite Coppé «...avec F. Hollande un marocain votera en France et un français ne votera pas, pour autant, au Maroc. C’est le principe de réciprocité qui vaut pour les européens…» Sur France 2, émission de Calvi, le même argument a été tenu par Hortefeux face E .Valls…   Je suis convaincu que N. Sarkozy sera amené dans le débat en parler de la même façon.

C’est pourquoi je soumets à votre appréciation un contre argument massif et surprenant.     Je vous informe que la nouvelle constitution marocaine adoptée par le peuple de ce pays le 01/07/11 accorde ce droit aux résidents étrangers au Maroc aux élections locales ( ci-joint, op cite l’article 30). Donc un français résident au Maroc peut voter aux prochaines élections locales au Maroc. Il en a le droit dans les textes. Faut-il pour autant accorder ce droit exclusivement aux marocains résidents (près 800000) en France en vertu du dit principe de réciprocité ? Faut-il attendre que les autres pays d’origine de nos immigrés fassent autant pour généraliser ce droit ? Conclusion l’argument de réciprocité « souhaitable » ne résiste pas aux évolutions historiques nécessaires en la matière.

Je vous cite l’article 30 de cette constitution (consultable et vérifiable sur internet) :

Article 30 :

« Sont électeurs et éligibles tous les citoyennes et citoyens majeurs jouissants de leurs droits civils et politiques. La loi prévoit des dispositions de nature à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux fonctions électives. Le vote est un droit personnel et un devoir naturel. Les étrangers jouissent des libertés fondamentales reconnues aux citoyennes et citoyens marocains, conformément à la loi. Ceux d’entre eux qui résident au Maroc peuvent participer aux élections locales en vertu de la loi, de l’application de conventions internationales ou de pratiques de réciprocité. Les conditions d’extradition et d’octroi du droit d’asile sont défini par la loi.»

 

Pour conclure le principe de réciprocité ne peut plus être un argument à opposer aux partisans de ce droit de vote. Je veux ajouter également que ce débat ne date pas de 1981,… C’est le secrétaire d’Etat Paul Dijoud (Mai 1974à Mars 1976) sous la présidence de V. Giscard d’Estaing qui a été une des premières personnalités de droite favorable à ce droit. D’autres ont suivi y compris le candidat N. Sarkozy. Oui calmement une telle évolution favoriserait l’intégration. C’est ma conviction et celle de nombreux acteurs de terrain. Faites nous confiance on agira de telle sorte que ces citoyens « municipaux » militent pour la laïcité et contribuent à la faire vivre … Aujourd’hui c’est l’exclusion le chômage massif dans les quartiers, la relégation topographique, l’instrumentalisation ethno-cultuelle qui faut combattre et bannir….


 
Bannière